Comment maîtriser le son dans votre jardin zen

glitch-2463378_640-300x212 Comment maîtriser le son dans votre jardin zenComme vous le savez maintenant, le développement des sens est une chose fondamentale dans les jardins zen. Dans cet article nous allons nous attaquer à l’ouïe ! Le rapport au son est essentiel et sa perception très personnelle. Certains sons vous paraîtront apaisants tandis que d’autres vous donneront de l’énergie. Le rapport au son dans le monde oriental n’est pas le même que dans le monde occidental. En Occident nous accordons surtout de l’importance à la vue, à vous de changer votre approche pour percevoir le jardin dans sa globalité. Apprenez à vous servir de vos 5 sens et développez votre sensibilité. Une autre manière de voir le jardin s’ouvrira à vous. Vous percevrez ainsi plus facilement le raffinement des compositions végétales et minérales. J’ai retenu une phrase d’un grand maître de thé du nom de Sen no Rikyu, cité dans le livre « le japon des jardins » de Francis Peeters et Guy Vandersande :

.

 » Il est bien naturel d’apprécier la beauté des fleurs en leur saison, mais découvrir celle des jeunes pousses sous la neige, voilà qui exige une sensibilité plus fine. « 

.

 » Le silence »

.

glitch-2463378_640-300x212 Comment maîtriser le son dans votre jardin zen.

Le jardin japonais n’est pas qu’un simple jardin visuel, il est aussi un jardin sonore ! Mais vous ne devez pas perdre de vue que le jardin japonais se doit de rester calme.

.

 » Mais il se contredit ?! « 

.

Non 😉 quand je vous parle de calme, cela ne veut pas dire sans aucun son; d’ailleurs on pourrait aussi attribuer le silence à une ambiance sonore particulière. Cela me fait par exemple penser à la prestation de John Cage, un musicien qui « joue » le silence dans son œuvre 4’33, je vous mets le lien pour les plus curieux d’entre vous 😉 ( 4’33 John Cage )

.

Dans les jardins zen de type Kare san sui, le silence est l’unique son qui doit exister. C’est pour cela que vous trouverez très peu voir aucun végétal dans les jardins secs. Cela empêche le souffle du vent dans le feuillage, ce qui briserait le silence.

.

 » Les sons agressifs « 

.

Le bruit de la circulation, la musique du voisin, la tondeuse à gazon… sont jugés comme agressifs. Il va donc falloir que votre zone soit cloisonnée pour empêcher un maximum de sons parasites de venir briser le calme de votre jardin. Les cloisons en bambou vous couperont de certains sons et permettra d’en atténuer d’autres. La végétation est elle aussi très importante, elle permet d’atténuer grandement les sons agressifs. Prenons l’exemple d’une maison. Lorsque vous parlez dans une pièce vide, le son parait résonner, il semble fort et désagréable. Dans une pièce meublée le son est plus pur et semble plus posé. C’est exactement pareil au jardin ! Mais attention, ne surchargez pas votre jardin, n’oubliez pas que le vide est un élément plus qu’essentiel dans les jardins japonais.

.glitch-2463378_640-300x212 Comment maîtriser le son dans votre jardin zen

.

 » Les sons calmes »

.

Nous pouvons par exemple citer le bruit de l’eau qui est considéré comme un son calme. Mais ce n’est pas le seul. Les jardins japonais possèdent une panoplie de sons raffinés. Vous pouvez par exemple suspendre des petites clochettes dans votre jardin, le vent viendra doucement les heurter et ils tinteront dans votre jardin. Jouer avec le vent est très amusant et donne un effet apaisant immédiat, alors n’hésitez pas à trouver des objets à suspendre pour émettre toute une gamme de sonorités apaisantes. ( Encore une fois, ne surchargez pas votre jardin 😉 )

.

glitch-2463378_640-300x212 Comment maîtriser le son dans votre jardin zenUn autre élément sonore très connu des jardins japonais : le shishi odoshi. Il s’agit d’un tube de bambou qui par effet de bascule vient taper une pierre. Je vous explique le principe : Le tube de bambou est composé de 2 loges. Un filet d’eau vient remplir la partie supérieure du tube de bambou. Lorsque celui-ci est assez rempli, le poids de l’eau fait basculer le shishi odoshi qui déverse son contenu dans une pierre creuse et revient en arrière en frappant par la même occasion la pierre qui se trouve derrière lui. Je vous ai fait une fiche technique très détaillée pour fabriquer vous-même votre shishi odoshi ( voir fiche technique shishi odoshi ) A l’origine, le shishi odoshi servait à faire fuir les animaux dit « sauvages » du jardin. Mais aujourd’hui il ne possède qu’un intérêt esthétique et sonore.

.

 » Nos jardins occidentaux manquent cruellement d’imagination en matière sonore. Le Japon nous ouvre de nombreuse pistes. « 

Jean-Paul Pigeat dans son livre l’esprit du japon dans son jardin

.

Comme dit précédemment, nous, les occidentaux, avons trop souvent recours à la vue lorsque l’on se promène dans un jardin. Nous ne profitons pas assez du chant des oiseaux, du bruit du vent dans les feuillages, du son des gouttes d’eau après la pluie etc… C’est un tort ! Le jardin se révèle en utilisant tous nos sens. Alors dans votre futur jardin japonais, n’hésitez pas à intégrer dans votre composition des éléments sonores, même aussi infimes que des petites clochettes. Redoublez d’imagination pour vous créer une ambiance et une palette de sons propres à vous-même. Vous obtiendrez enfin l’effet apaisant tant recherché.

.glitch-2463378_640-300x212 Comment maîtriser le son dans votre jardin zen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *